vendredi 27 avril 2012

Les plantes « parlent », mais les bilingues sont plus malins

Victor Ginsburgh

Selon une étude récente réalisée par des biologistes de l’Université Ben Gourion, Israël (1), même les plantes « parlent » … par les racines, et se transmettent des signaux de détresse ; celles qui les reçoivent « changent leur comportement » en engendrant, par exemple, des substances chimiques qui éloignent ou tuent leurs prédateurs. Donc ne gardez plus vos plantes dans des pots séparés, mettez-les toutes ensemble, elles survivront mieux pour se défendre contre les intrusions diverses, y compris la vôtre.

On ne sait pas encore si les plantes sont bilingues, mais les signaux semblent être génériques, au sens où ils peuvent passer d’une espèce à une autre. Imaginez, les Flamands et les Francophones qui ne doivent plus apprendre la langue de l’autre communauté, et se mettent à communiquer par les pieds (2), dans une langue commune.

Ce serait tellement plus facile. Et puis les Belges pourraient faire la nique aux Italiens qui parlent avec les mains. La Belgique deviendrait ainsi la première nation au monde à parler par ou avec les pieds et les orteils par dessus (ou par dessous) la frontière linguistique (voir photo).

Dommage pourtant, parce qu’une autre étude vient de montrer que les bilingues sont plus malins (3). En dépit du fait—et on sait cela depuis longtemps—que le bilinguisme crée des interférences et des obstructions, il s’avère que ces obstructions ont au contraire des effets bénéfiques, parce qu’elles obligent le cerveau à résoudre des conflits et renforcent du même coup les « muscles cognitifs ».

Ainsi, les bébés soumis au bilinguisme ont des réactions plus rapides ; les bilingues résolvent mieux certains types de puzzles mentaux et plus généralement, améliorent la fonction exécutive du cerveau chargée des tâches qui font appel au mental ; ils parviennent à mieux gérer les changements dans leur environnement ; ils sont moins sujets à la démence sénile et à la maladie d’Alzheimer ou en tout cas, le bilinguisme retarde la maladie. Haut les cœurs, mes amis Wallons.

Mais on évoque aussi le silence qui est de moins en moins présent dans notre vie. Peut-être vaudrait-il mieux que nous nous taisions dans toutes les langues. Cela permettrait un petit coup d’arrêt à toutes ces merveilles qu’engendre la globalisation.

(1) Israeli study shows : Plants « talk » through the roots, Haaretz March 11, 2012

http://www.haaretz.com/print-edition/news/israeli-study-shows-plants-talk-through-the-roots-1.417723

(2) Mais méfiez-vous quand même et rappelez-vous de ce qui est arrivé au ministre français Georges Tron qui communiquait en faisant du pied à ses collaboratrices.

Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Tron

(3) Why bilinguals are smarter, The New York Times, March 17, 2012

http://www.nytimes.com/2012/03/18/opinion/sunday/the-benefits-of-bilingualism.html

5 commentaires:

  1. Très juste mon cher Victor!
    Je viens de prendre connaissance de ton texte avec un peu de retard. J'espère que mon bilinguisme me préservera de l'Alzheimer! Je ne sais pas si je suis devenu "smarter" mais en tout cas paaser d'une langue à l'autre constitue un enrichissement incontestable. Je me sens donc plus riche et ne comprends pas nos chantres politiques du monolinguisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben d'accord avec vous alzheimereux

      Supprimer
  2. comment s'apelle cette plante?

    RépondreSupprimer
  3. réponder moi¸vite je suis pressé je doit faire un projet d'ici le 13 mai !!!

    RépondreSupprimer
  4. Ce sont des bambous qui ouvrent un chemin sur la frontière linguistique

    RépondreSupprimer